Une très longue chronique pour Jeunesse éternelle qui mérite une publication intégrale !

Merci à Mila d’avoir si finement analysé ce roman.

“Ce roman m’a attirée dès le début par son originalité. L’histoire m’a tout de suite paru passionnante et croyez moi, elle l’est. Au début je n’étais pas tout à fait dedans mais j’ai très vite été séduite par la plume de Nathalie Le Gendre et son récit captivant. Je ne veux surtout pas trop vous en révéler à propos de ce livre car il m’a énormément surprise et je veux que cela en soit de même pour vous. C’est une histoire très mystérieuse qui nous fait mener une enquête haletante au suspens impressionnant.
Dans ce livre, on suit deux histoires en parallèle et je tire ma révérence à l’auteur car écrire une histoire c’est déjà difficile, mais alors deux ! Bravo ! La trame est extrêmement bien menée et les mots de Nathalie Le Gendre sont beaux, tournées à la perfection à chaque phrase. Je suis tombée entre les mailles du filet et je n’ai pu m’en défaire qu’à la dernière page. Tant de questions nous harcèlent tout au long du récit qu’on ne peut tenter de toutes les résoudre. Et quand bien même on s’interroge, la plupart de nos solutions sont fausses et erronées. 
C’est difficile de s’attacher aux personnages, notamment celui de Léna car, sa mémoire lui faisant défaut, on ignore beaucoup de choses à son propos. Son comportement est parfois agressif mais en même temps, on ne peut s’empêcher de l’apprécier et de se mettre à sa place. Elle est très touchante dans son caractère et sa façon d’être. Beaucoup de phrases m’ont mis les larmes aux yeux, ne me laissant pas indifférente.
Je me dois aussi de vous parler de Shanel, l’écrivaine et l’actrice du manuscrit confié à Léna, car on la suit durant une bonne moitié du roman. C’est quelqu’un de très intéressant et profond. J’ai eu du mal à comprendre certains de ses choix mais après réflexion, on peut concevoir. On peut s’imaginer qu’une personne est prête à tout pour rester éternellement jeune, quitte à risquer sa vie. On peut admettre que quelqu’un de malheureux veut connaitre le bonheur par tous les moyens.
J’ai aussi trouvé un aspect qui m’a mis mal à l’aise durant ma lecture , quelque chose de malsain. Mais c’est par ce côté également que j’ai découvert le talent de Nathalie Le Gendre à nous faire nous sentir mal mais sans jamais exprimer pourquoi. On est trompé tout le long du récit et ce n’en est que plus effrayant. Sa plume nous plonge dans ce mystère inconcevable et immersif tout en nous extasiant devant la beauté des mots et du texte.
Le message passé dans ce roman est essentiel de nos jours. Maintenant que la science fait de gros progrès, sommes nous toujours certains que la Vie Éternelle est possible ? N’est-ce pas simplement une utopie qui causera plus de problèmes qu’elle n’en comblera ? Si nous avons été crées en tant qu’individu pour mourir un jour, pourquoi vouloir modifier notre inestimable nature ?
J’ai deviné la fin une vingtaine de pages avant la révélation et cela m’a légèrement déçu mais vraiment peu car j’ai tout de même été surprise. De plus, les dernières pages sont une tempête de révélations et d’étonnements, d’incompréhension et de méconnaissance.
Conclusion : Pour finir, vous aurez sans doute compris que, malgré un début difficile, ce roman a été une très belle découverte pour moi. Entre deux histoires ensorcelantes qui se regroupent, des personnages touchants, intéressants et une enquête qui nous tient en haleine, j’ai eu beaucoup de mal à me défaire de cette histoire plus que fascinante. L’écriture de l’auteur est un immense point fort par sa qualité, sa fluidité et sa distinction. Accompagné d’un très beau message, cet ouvrage n’a pu que me plaire. Je vous l’accorde, le fait que j’ai deviné la fin m’a un peu refroidi mais d’autres révélations dont j’ignorais tout sont apparues. La surprise était donc quand même bien au rendez-vous. On remarque le grand travail effectué sur ce manuscrit et je suis vraiment ravie de l’avoir découvert. Sincèrement, je vous le conseille si le résume vous intrigue ou vous parle, c’est un très bon livre. Merci encore aux éditions Bayard pour l’envoie de ce roman.
Le connaissiez-vous ? Allez-vous sauter dessus en librairie ? L’avez-vous déjà lu ? Le résume vous intrigue-t-il ?
Une magnifique découverte !”

Le blog de l’auteur pour de belles lectures : Rêve avec les mots 

Et c’est parti !

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Voici donc mon nouveau site, tout beau (presque), tout propre et surtout plus performant.

J’y ai mis quelques articles de mon ancien blog pour lancer ce nouveau départ.

Concernant la rubrique “Avis des lecteurs”, je ne vais pas tout réintégrer. Je commence donc avec Jeunesse Éternelle, mais vous avez toujours les chroniques de chaque roman dans la fiche.

Dans la rubrique “Salons, Festivals & Rencontres virtuelles”, vous trouverez des informations importantes et, particulièrement, mes expériences au fur et à mesure de mes rencontres virtuelles. (Pour comprendre pourquoi je ne peux plus me déplacer, jetez un œil dans les articles un peu moins récents).

Je dois encore ajuster certaines rubriques, embellir, enrichir, mais le site tourne dès à présent.

Bonne visite et à bientôt, ici et rarement ailleurs…

 

Les sélections de prix 2017

Piégé (éd. Oskar – parution octobre 2016)

* Sélectionné pour le Prix de l’UNICEF 2017 (catégorie 13/15 ans)

Le vieux sur la falaise (éd. Oskar – parution janvier 2016)le-vieux-sur-la-falaise_nathalie_couv_-_copie_2_-9284e

* Sélectionné pour le Prix Bermond-Boquié 2017 (Nantes)

* Sélectionné pour le Prix Chronos Suisse 2017

* Sélectionné pour le Prix Ados CC Région Audruicq (Pas de Calais) 2017

* Sélectionné pour le Prix Jacques Asklund 2017

* Présélectionné pour le Prix Renaudot des Benjamins 2017

* Présélectionné pour le Prix AdoLire Meylan 2017

* Présélectionné pour le Prix Lionceau Noir 2017 (Week-end Noir à Neuilly)

 

Le village où les enfants ne riaient plus (éd. Oskar – parution 2015)village 

* Sélectionné pour le Prix du Livre Paris-Orly 2017

* Présélectionné pour le Prix Littéraire Jeunesse de la ville de La Garde 2017

 

 

 

 

Mosa Wosa (éd. L’Atalante  – collection Le Maedre – réédition 2015)capture-3-cd4d8-b7e6a

 * Sélection pour le Prix Sainte-Beuve des Collégiens et des Apprentis 2017

Avant de m’envoyer une invitation…

J’y ai cru, mais c’est fichu… alors vivons avec notre temps !

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Fin août, j’avais espéré que mon état (mais tout doucement, hein…) me permettrait de reprendre quelques déplacements. De vous retrouver dans les salons et festivals pour partager et échanger, pour me nourrir de vie et de sourires.

De vous retrouver, accompagnés de vos profs, dans votre établissement scolaire ou en médiathèque, pour répondre à vos nombreuses questions, pour honorer la sélection d’un de mes romans.

J’y ai cru. Sincèrement.

Mais aujourd’hui, la réalité m’a rattrapée. Au grand galop, comme ma maladie.

Je ne peux plus me déplacer. C’est fini. Un deuil lourd et douloureux. Une bonne partie de mon activité professionnelle qui s’envole.

Je me suis alors dit : à quoi bon ? A quoi bon continuer d’écrire ? La réponse est là : l’écriture me permet de tenir, de continuer à me battre, à servir la cause des plus faibles, des opprimés, des minorités. Ces combats font partie de ma vie.

Car je suis de ces personnes condamnées à de multiples peines : être femme, romancière pour la “jeunesse” (SF pour la plupart), malade ET invalide. Oh ! Je ne suis pas la seule ! Résistons !

J’ai résisté. Je résiste. Je résisterai jusqu’au bout. Prétention ? Non. Réalité et instinct de survie.

Alors je vous dis à bientôt, via mes romans et, pour une poignée, via les rares rencontres virtuelles que j’accepte.

J’affûte ma mine et on se retrouve dans mes mots, sur le papier de préférence…

PS : MAIS SI VOUS EN AVEZ LA POSSIBILITÉ, j’accepte parfois quelques rencontres sur SKYPE (toujours en adéquation avec La Charte des Auteurs et sous certaines conditions à voir ensemble). N’hésitez pas à me contacter.

 

Rentrée 2016/2017 : attention !

Avant de m’envoyer une invitation, merci de lire ce message…

Je reçois régulièrement des courriers m’annonçant la pré-sélection d’un de mes romans pour un prix, et, de plus en plus, pour voir son roman dans la sélection finale, les organisateurs demandent à ce que l’auteur se déplace.

Mais voilà, je n’accepte que très rarement de répondre positivement à une invitation, et pour cause : je suis invalide.

Un déplacement génère beaucoup de fatigue, et, de votre côté, occasionnera des frais supplémentaires et une structure conforme.
Il vous faudra prévoir une accessibilité adéquate pour un fauteuil électrique (hôtel, lieux des rencontres, dédicaces…), prévoir un budget suffisant pour les transports, un véhicule et un planning adapté (à discuter ensemble).

De nos jours, il y a aussi les solutions virtuelles… pensez-y.

Vous tenez malgré tout à ma présence ou pour de plus amples renseignements, contactez-moi par le formulaire du site.

À bientôt, ici ou ailleurs…

 

L’été en lectures

Chère lectrice, cher lecteur,

L’été s’avance timidement et nous célébrerons son arrivée le 21 juin. Peut-être l’occasion de se plonger ou de se replonger dans Écoute battre mon cœur (éditions Flammarion) où la musique vous transportera jusqu’aux portes des songes ?

Et puis les grandes vacances seront là, ouvrant les bras aux loisirs, à la nature, aux rencontres…

Des envies de lectures durant ces longues semaines de farniente ?

Et si vous partiez à l’aventure en Bretagne avec Malou, cette fillette sourde qui saura toucher le cœur du Vieux sur la falaise (éditions Oskar) ?

Ou encore, une petite dose d’humour dans un court texte qui pourrait séduire les plus réfractaires en vous immergeant dans l’univers étrange de Louise à la ferme de Mamie Mélie où l’on découvre Le village où les enfants ne riaient plus (éditions Oskar) ?

Pour les plus grands, en numérique ou en version papier, Imago, Multivers éditions, et Mosa Wosa, Édition L’Atalante. Une jungle sauvage et des rites particuliers pour Neï, cette jeune fille si vivante et mystérieuse du roman Imago, et une oasis où les personnages s’accordent avec la nature, où Sténa et Mosa tenteront de bouleverser les coutumes, loin du monde froid, contrôlé et consumériste dans lequel vit Wosa.

Que vais-je faire de mon côté ? Écrire !

J’ai reçu commande d’un autre court roman, dans la lignée de mon prochain qui paraîtra bientôt chez Oskar. J’ai tellement de projets en tête, tant d’histoires à coucher sur le papier, à travailler amoureusement, main dans la main avec mes précieux personnages… mais quelle frustration de voir le temps filer, les projets s’accumuler et de constater que mon corps, lui, ralentit inexorablement ! Mon cerveau en rage !

Tiens ! Je changerai bien de décor ! La bannière de mon site fera certainement peau neuve, j’espère pour la rentrée.

À ce moment, je vous annoncerai également la parution de deux romans en octobre, et, éventuellement, ma participation à un festival au printemps. Mais je vous en reparlerai.

D’ici là, je vous souhaite à toutes et tous, de belles vacances, des rires, du bonheur, et surtout ! la paix dans ce monde de déboussolés !

À bientôt, ici ou ailleurs…

 

Futuriales

Mosa Wosa sélectionné pour le Prix des Lycéens 2016

Chères lectrices, chers lecteurs,

cela faisait bien longtemps que je n’avais eu une aussi belle surprise en ouvrant ma boîte mail ce matin.

J’apprends que mon roman, Mosa Wosa, réédité aux éditions de l’Atalante, est sélectionné pour le Prix des Lycéens des Futuriales.

Quel bonheur de voir mes histoires encore récompensées !

Merci de continuer à faire vivre la littérature jeunesse…

À bientôt ici ou ailleurs…

 

L’aventure numérique continue !

3 titres à venir chez…

Multivers Éditions !

Après IMAGO, c’est au tour de

  • Les orphelins de Naja
  • Automates
  • 49 302

publiés auparavant au format papier chez Mango Fleurus, dans la collection oubliée Autres Mondes.

Une nouvelle aventure. Une autre vie. Un autre temps.

Longues vies à ces histoires et préservons notre liberté.

À bientôt pour les dates de parution !

POUR RAPPEL

Automates a reçu le prix ISIDOR du collectif HOMOEDU en 2006 et le prix Ados de la ville de Rennes 2007

49 302 : focus sur l’affaire SEZNEC

Les orphelins de Naja… ce roman a souffert d’une censure injuste, avant sa parution puis lors d’un prix littéraire, pour cause de dénonciation fictive sur les scandales étouffés des pratiques pédophiles de certains hommes d’église.

Seulement certains cas ont été dénoncés sur les centaines d’enfants abusés.

Qu’attendons-nous pour protéger nos enfants ?

Pour public averti.