DANS LES LARMES DE GAIA

Il y a quelques jours, je vous donnais l’eau à la bouche avec un extrait de ce roman, réédité aux Editions d’Avallon depuis fin novembre 2020.

J’apprends aujourd’hui qu’il est classé dans les 100 meilleures ventes en SF jeunesse !
Que du bonheur !

Ce roman aux nombreux prix littéraires, aux nombreuses sélections, n’a donc pas perdu de sa valeur après toutes ces années.
J’ai même régulièrement des messages d’anciens élèves vus à l’époque, qui aujourd’hui ont une trentaine d’années, me remerciant de leur avoir fait découvrir mes romans.


Merci à vous toutes et tous, vos témoignages chaleureux me vont droit au cœur.

Dans les larmes de Gaïa

Il y a quelques jours, j’ai eu un mail émouvant, ensoleillant ma journée. Une jeune femme me disait qu’elle m’avait rencontrée, il n’y a pas loin de 20 ans (sic !) lors d’un salon du livre/remise de prix à Valenciennes. Elle avait alors une douzaine d’années. Elle avait adoré Dans les larmes de Gaïa, l’autrice et elle avait passé la journée sur mes genoux. Aujourd’hui, elle est professeure de français à son tour et, ravie de trouver mon roman au CDI, s’est empressée de le faire lire à ses élèves (ils ont adoré !). Il y a des romans, comme ça, qui marquent, qui vivent malgré les ans qui passent.
Je suis donc heureuse que ce roman soit réédité en ce mois de novembre 2020 pour encore, je l’espère, une longue vie.

Un roman, deux couvertures :

celle de l’époque pour la collection Autres Mondes, illustration/peinture réalisée par le talentueux Manchu :


la nouvelle, une photo choisie par mes soins :

Qu’en pensez-vous ?

Pour en savoir plus sur ce roman (mon premier publié, en 2003), cliquez sur l’une ou l’autre des couvertures.

Prenez soin de vous et des autres…

Je me souviens de 2002…

Et vous ?

Nous sommes en 2017 et nous nous retrouvons dans le même cas de figure… Vous savez bien de quoi je parle.

Je n’aime pas la politique. Ni plus ni moins que des chamailleries dans la cour de récréation d’une école maternelle, des bandits qui se disputent la couronne…

Mais…

En 2002, effarée par les résultats du premier tour, j’ai imaginé une histoire. Une histoire de dictature montante :

Aujourd’hui, nous ne devons pas nous laisser attendrir par de “belles” paroles et de faux programmes qui déguisent une future dictature. L’Histoire parle d’elle-même. Retournons en arrière (lisons, visionnons…) pour nous rafraîchir la mémoire, au cas où.

Bref… aiguisons nos consciences pour le bien de l’Humain, brisons le cercle vicieux de l’Histoire, Résistons.