INTERVENTIONS SCOLAIRES/RENCONTRES/SALONS & FESTIVALS…

Amies organisatrices et amis organisateurs, professeures/professeurs, libraires, bibliothécaires, et autres structures, j’insiste sur le fait que, pour des raisons de santé et de mobilité, je ne me déplace plus, sauf rares exceptions.

Toutefois, pour les rencontres et les échanges sur le métier, sur un ou plusieurs de mes romans, je vous propose une formule inédite et sympa, déjà expérimentée avec une classe de 4ème, en ce mois de novembre 2020. N’hésitez pas à venir vers moi, via le formulaire de contact du site qui vous conduira directement à ma boîte mail, pour que nous puissions en discuter.

Je reste à l’écoute, toujours désireuse de partager ma passion, mes romans, de satisfaire la curiosité des lectrices et lecteurs, jeunes ou moins jeunes.

Prenez soin de vous et des autres…

A bientôt !

Dans les larmes de Gaïa

Il y a quelques jours, j’ai eu un mail émouvant, ensoleillant ma journée. Une jeune femme me disait qu’elle m’avait rencontrée, il n’y a pas loin de 20 ans (sic !) lors d’un salon du livre/remise de prix à Valenciennes. Elle avait alors une douzaine d’années. Elle avait adoré Dans les larmes de Gaïa, l’autrice et elle avait passé la journée sur mes genoux. Aujourd’hui, elle est professeure de français à son tour et, ravie de trouver mon roman au CDI, s’est empressée de le faire lire à ses élèves (ils ont adoré !). Il y a des romans, comme ça, qui marquent, qui vivent malgré les ans qui passent.
Je suis donc heureuse que ce roman soit réédité en ce mois de novembre 2020 pour encore, je l’espère, une longue vie.

Un roman, deux couvertures :

celle de l’époque pour la collection Autres Mondes, illustration/peinture réalisée par le talentueux Manchu :


la nouvelle, une photo choisie par mes soins :

Qu’en pensez-vous ?

Pour en savoir plus sur ce roman (mon premier publié, en 2003), cliquez sur l’une ou l’autre des couvertures.

Prenez soin de vous et des autres…

KUTU / Chronique :

Dans Cumhuriyet, (quotidien turc fondé le 7 mai 1924 par Yunus Nadi Abalıoğlu. De tendance kémaliste de centre-gauche, il est considéré comme un des journaux de référence en Turquie. Ce journal a reçu un Right Livelihood Award en 2016.) on parle de Jeunesse Eternelle, mon roman traduit en turc.

Une expérience de vie ! L’encadré révèle tous les risques et décisions qu’une personne peut prendre en raison à la fois de l’argent et d’autres peurs avec la grande imagination de l’auteur et un récit très immersif. Ayant un duel avec les notions de temps et de mémoire, Le Gendre parvient à présenter à la fois une utopie et une dystopie.

Clique sur la couverture pour accéder directement à la page du roman pour en savoir plus.

C’est dingue de constater à quel point la littérature de “jeunesse” est dénigrée par la “grande” presse dans notre pays qui lui préfère la littérature de “Vieillesse”, considérant la première comme de la sous-littérature ! Quand je vois l’évolution de Jeunesse éternelle en Turquie dans la presse, j’en reste… baba ! Je me sens enfin respectée après près de 20 ans de métier.

Sur cette réflexion, prenez soin de vous et des autres en cette période difficile.

Dans les larmes de Gaïa

Réédition de cet ouvrage le 25 novembre 2020 aux éditions d’Avallon !

Et en avant-première, la nouvelle couverture :

Pour en savoir plus, clique sur l’image.

(Pour celles et ceux qui s’en souviennent, ce titre a été publié en octobre 2003 – ça ne nous rajeunit pas ! – aux éditions Mango dans la collection Autres Mondes dirigée par Denis Guiot qui avait fait un excellent travail.)

KUTU bis

Une petite nouvelle, que je trouve grande par le ravissement qu’elle me procure, sur la vie de mon roman Jeunesse éternelle en Turquie : un podcast à son sujet sur une très grande radio CTV (le CNN de Turquie, me glisse-t-on à l’oreille).

Quel dommage de ne pas comprendre cette langue…

Pour celles et ceux qui le peuvent, voici le lien : Podcast KUTU

Fière, je suis !

jeunesse-etern

KUTU

(qui veut dire “le coffre”)


(ou Jeunesse éternelle, roman paru aux éditions Bayard et traduit en langue turque)

jeunesse-etern


Le roman traduit par Azade Aslan est au catalogue des éditions Günışığı de cet automne 2020 (et en bandeau sur leur page Facebook ).

Pouvons-nous vraiment inverser le cours du temps? Pouvons-nous rassembler les parties d’un bonheur que notre corps et notre mémoire ont perdu ? 
Nathalie Le Gendre, l’une des puissantes écrivaines de la littérature française contemporaine, présente un récit qui défie la décadence de la mémoire et du temps.éditions Günışığı.

Pour en savoir plus sur ce roman (en français), clique sur l’une ou l’autre des couvertures.

Prix LES IMAGINAIRES 2019-2020

Ce roman, dont la première édition remonte à 2005 (!), réédité en 2018, a remporté le Prix Les Imaginaires 2019/2020 (destiné aux élèves creusois de collège et de lycée professionnel.)

Merci à toutes les lectrices et tous les lecteurs ! Je suis très fière, autant que je suis ravie de constater l’impact de ce roman encore aujourd’hui !

Et un grand merci aux éditions Castelmore de leur confiance en acceptant de rééditer ce roman qui avait déjà, à l’époque, rencontré un vif succès !