On en parle et on a aimé

>>>Dans les coups de cœur des libraires de la Librairie du Centre (Bulletin secondaire).

>>>On en parle dans le Quotidien des Jeunes, à La Réunion.


>>>Élu livre préféré des élèves de CM1 de l’école Saint-Guénolé Goven dans le cadre de leur festival Littéral’Ouest (“Dès la petite section, les élèves s’exercent à voter dans le cadre du projet Littéral’ouest”)

“La sélection 2017 a beaucoup plu aux enfants car elle a permis de beaux échanges et des réflexions  sur les dangers d’être connecté en permanence et sur le  thème du respect de la vie privée.”

>>>On en parle dans Beth El Vallée* :

“Puis encore et encore des livres qui nous intéressent à notre monde, qui nous ouvrent l’esprit et qui nous font plaisir ! :

Nathalie Le Gendre nous offre Le village où les enfants ne riaient plus, un îlot dans lequel Louise va bousculer les diktats d’une boutique étrange et mystérieuse qui rend triste tous les habitants de ce village, c’est sans compter sur Louise et sa grand-mère qui vont œuvrer à faire revenir le sourire et la joie de vivre !”

*Beth El Vallée, c’est : “Après plus de 20 ans et plus de mille émissions de radio sur Vallée FM, Nathalie Zylberman, Jacques Eljam et Edmond vous donnent rendez-vous sur le blog Beth El Vallée des communautés juives de la Vallée de la Marne, le blog littéraire et culturel tout simplement.”

Si vous avez le temps, l’envie, la curiosité…

Je partage avec vous cette interview autour de Jeunesse éternelle et de ma vie d’auteur :

Sur le blog de la Fille Qui Sait Lire. :

“Bonjour,
Aujourd’hui on se retrouve pour vous inviter à venir voir mon interview de Nathalie Le Gendre
C’est vraiment une belle personne et une très bonne auteur.
Sincèrement c’est vraiment très intéressant.
Bisous.”

 

 

 

Une belle chronique en ce début de semaine pour :

Je suis tombée dessus par hasard, en faisant mon petit tour de presse de la semaine. Elle m’a touchée. Émouvoir le lecteur, l’emmener sur des sentiers où les sentiments se colorent au fur et à mesure de la lecture, c’est un pari. J’aime quand le roman interpelle, dérange même parfois car il bouleverse l’humain.
Merci à La Fille Qui Sait Lire de partager son ressenti :

“Je pense que je ne pourrais jamais oublié ce roman qui est beau et juste.”

Pour lire la chronique, visitez La Fille Qui Sait Lire

 

 

Grand Prix de l’Imaginaire – Palmarès 2017

Jeunesse éternelle (édition Bayard) fait partie de la sélection 2017.

La liste des nominés sera publiée en avril, et la remise du prix aura lieu, comme les années précédentes, dans la Maison de l’Imaginaire pendant le festival  Saint-Malo Étonnants Voyageurs,  le 4 juin 2017, vers 18 h.” site du GPI sur Noosfère.

Ce prix a déjà été décerné au roman Mosa Wosa en 2005 (je doute fort le recevoir une deuxième fois) :

Première édition 2004 – Mango (Autres Mondes)
Deuxième édition 2015 – L’Atalante (Le Maedre)

Chronique Jeunesse éternelle

“Si l’intrigue n’est pas révolutionnaire et que l’on devine facilement les grandes lignes, on est toutefois intrigué par le comment de l’histoire. De plus, Nathalie le Gendre a créé des personnages plutôt attachants, qu’on a envie de suivre jusqu’au bout. On veut savoir ce qui leur arrive ou ce qui leur est arrivé.”

Chronique complète sur Lou Lit Là